Zélia et Tralala ( pour les 5/7 ans)

Zélia avait cinq ans et était fille unique. Comme elle était souvent seule, elle avait toujours des histoires plein la tête, des histoires peuplées de princesses, de fées, de sorcières et de lutins. 

Lorsque Zélia perdait une fois de plus son doudou et que ses parents énervés avaient refusé de l’aider à le chercher, elle n’était pas étonnée de le retrouver sur son oreiller, le lendemain matin. C’était sa bonne fée, bien sûr! Cendrillon, Peau d’Âne en avaient bien une, pourquoi n’en aurait-elle pas une elle aussi? Ses parents aussi passaient leur temps à perdre leurs clés, leur porte feuille , leurs lunettes et finissaient toujours pas les retrouver dans leur sac, persuadés d’avoir cherché mille fois à cet endroit. Eux aussi avaient leur bonne fée !

Dans le monde de Zélia, il y avait tant de choses magiques, le Père Noël, le lapin de Pâques, la petite souris, qu’elle ne fut pas surprise, en pleine nuit, d’entendre  une petite voix qui l’appelait.

– Zélia, réveille-toi, c’est moi, Pompompom, le lutin chef d’orchestre qui habite dans la radio.

Zélia ouvrit un œil et vit un tout petit lutin, très élégant avec son costume noir, qui se tenait sur sa table de chevet. Il parlait en agitant une minuscule baguette.

– Il faut sauver Tralala. C’est notre chanteuse et nous ne pouvons plus jouer d’air d’opéra. Il faut nous aider, Zélia, Tralala est très malade. 

Ce coup-ci, Zélia était tout à fait réveillée. Elle n’était ni effrayée, ni même étonnée de la présence de cette petite créature juste devant son nez. Elle avait toujours su que les lutins musiciens habitaient dans la radio, tout comme les lutins comédiens vivaient dans la télévision.

– Qu’est ce qu’elle a Tralala? demanda Zélia

– Elle a mangé toute la dernière part de gâteau aux framboises et bien sûr, elle a un affreux mal de ventre, répondit le lutin.

Zélia en était sûre. Hier matin, quand sa mère avait accusé son père d’avoir fini le gâteau pendant la nuit, il avait juré sur la tête de sa fille que ce n’était pas lui. Zélia l’avait tout de suite cru, bien sûr. Elle sait  bien que les lutins doivent se nourrir et comme ils ne peuvent pas le faire le jour puisqu’ils travaillent, ils le font pendant la nuit. D’ailleurs, Une nuit qu’elle était allée faire pipi, Zélia avait cru voir une petite échelle posée contre la radio mais comme elle avait un peu peur du noir, elle était vite retournée dans son lit.

– Et, en plus, Tralala est allergique aux framboises. Seul Guéritou, le lutin docteur de notre forêt peut la sauver, ajouta Pompompom

– Elle est où votre forêt, monsieur le lutin  ? 

– C’est la forêt qui borde ta ville Zélia, la forêt du Grand Cerf. 

Zélia et Pompompom réfléchissent au moyen de rejoindre la forêt quand Zélia a une idée. 

– Sur le marché, il y a un marchand de champignons. Moi, j’aime pas les champignons mais mon papa, il adore les omelettes aux champignons. Peut-être que le marchand va chercher ses champignons dans la forêt du Grand Cerf ?

-C’est une très bonne idée Zélia, tu es très maline, s’exclame Pompompom. Ton marchand y va sûrement et il doit avoir de grands paniers pour la cueillette. Tu nous aideras à nous mettre au fond d’un de ses paniers. Tu es d’accord Zélia ?

-Oui Pompompom. Demain matin, j’accompagnerai ma maman au  marché et je vous cacherai dans mon petit panier. Puis, je chercherai le marchand de champignons et vous irez vite vous cacher dans un de ses grands paniers comme ça il vous ramènera dans votre forêt quand il ira à la cueillette.

– Oh, Zélia, ce sera super. Ton marchand passera forcément là où habite Guéritou, juste au pied du Grand Cèpe.

Le lendemain, Zélia se réveille très tôt. Sur la table de chevet, tous les lutins sont déjà prêts à partir, une petite valise à la main. Ils se présentent à Zélia : Sidola, la violoniste  qui porte une robe longue – ça ne va pas étre pratique pour courir se dit Zélia-, Dorémi le violoncelliste, Tututut le flûtiste, Octave le pianiste et Zingboumboum le percutionniste. Tout l’orchestre se tient autour de Tralala qui est assise et semble très malade.

Zélia leur montre le petit panier  où ils pourront se cacher. Elle a recouvert  le fond avec du papier journal.

Quand Zélia rentre dans la cuisine, elle voit ses parents s’énerver sur la radio. Sa mère ne fait que répéter:

– Mais, je te dis que j’ai acheté des piles neuves! Tu m’énerves à la fin!

Zélia sourit car elle sait bien que la radio ne risque pas de fonctionner puisque les lutins en sont partis.

Sur la route, Zélia serre son petit panier  dans sa main droite en essayant de le secouer le moins possible.

A peine arrivée au marché, elle se retrouve devant l’étal du marchand de champignons. 

– Bonjour jolie princesse, comment trouves-tu mes champignons? lui demande le marchand.

Zélia est très surprise; elle n’avait jamais remarqué que le marchand ressemblait à un lutin géant, avec son chapeau noir, sa cape rouge et ses bottes pointues.

Le voilà qui s’avance vers sa maman et lui dit:

– Alors, chère madame, avez-vous vu mes merveilleux cèpes? Je les ai cueillis hier, ils sont d’une fraîcheur remarquable. Ils seront parfaits pour faire une bonne omelette !

Et tandis que la maman de Zélia choisit les cèpes, Zélia se dépèche de repérér l’endroit où se trouvent les paniers du marchand. Quelle chance ! Juste sous la table, elle en voit un. Alors, elle fait semblant de refaire son lacet, attrape rapidement le panier et soulevant le papier journal , elle prend avec précaution les petits lutins et les pose délicatement dans le panier du marchand, surtout Tralala. 

Puis Zélia leur fait un petit geste d’au-revoir. Ils se sont tous recroquevillés sous le papier journal, au fond du panier.

Le marchand termine de servir le maman de Zélia qui se tourne vers sa fille. 

– Ne t’inquiète pas Zélia, j’en prends juste pour ton père et moi. Je sais bien que tu ne veux pas en manger.

Et se tournant vers le marchand, elle lui dit en riant:

– C’est à cause des lutins, elle est persuadé qu’ils habitent dans vos champignons, n’est-ce pas Zélia ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *